Navigation

De génération en génération : narration familiale dans le contexte de l’assistance et de la coercition

 

Dans ce projet, nous examinons comment le placement ordonné par les autorités administratives influe sur la génération suivante, la manière dont les familles concernées gèrent les événements traumatiques du passé ainsi que les enseignements qui peuvent en être tirés pour le développement actuel et futur de la protection de l’enfant et des aides à l’éducation.

Description du projet (projet de recherche en cours)

Notre projet étudie comment les traumatismes vécus par des personnes placées de force se transmettent aux enfants de celles-ci. Il peut s’agir de rupture, d’ingérence de tiers, de sentiment d’impuissance, de violence, d’abus, de froideur émotionnelle, de stigmatisation ou encore de précarité sociale. Nous nous intéressons aux stratégies d’adaptation mises en place dans le contexte de la famille, des institutions ainsi que de la société. À cet effet, nous menons des entretiens biographiques avec les descendants de la deuxième génération. Nous relions ensuite les connaissances ainsi obtenues aux données connues relatives à la première génération directement concernée. Enfin, grâce à un groupe témoin composé de personnes ayant principalement grandi dans des foyers ou des institutions après 1981, nous analysons comment et sous quelle forme nos résultats peuvent être exploités aujourd’hui et demain.

Contexte

Les travaux de recherche sur les biographies et les traumatismes révèlent que les conséquences d’événements tels que la guerre, la fuite et la violence non seulement accompagnent les personnes directement touchées toute leur vie, mais aussi se transmettent aux générations suivantes. On sait en outre que des stratégies d’adaptation familiales et sociales intergénérationnelles sont adoptées pour faire face à ces traumatismes. Dans le domaine du placement de force, les connaissances scientifiques sur ce phénomène de transmission entre générations sont encore très lacunaires.

Objectif

Le projet s’emploie à répondre aux trois questions suivantes :

  1. De quelle manière et sous quelle forme les conséquences du placement administratif se sont-elles manifestées dans la génération suivante ?
  2. Quelles stratégies d’adaptation et ressources transgénérationnelles peut-on identifier et reconstruire ?
  3. Comment exploiter les résultats, maintenant et à l’avenir ?

Les enseignements tirés du projet sont importants tant pour les familles concernées que pour le développement futur des processus de placement en foyer.

Importance

Avec notre projet, nous poursuivons, d’une part, un objectif rétrospectif et de réhabilitation, et, d’autre part, un objectif prospectif et de prévention. Nous apportons une contribution au discours scientifique national et international. Nous tenons aussi à donner de la visibilité aux biographies des familles concernées. En outre, nous recueillons des connaissances sur les effets à long terme du placement de force afin d’encourager le développement de la protection de l’enfant et des aides à l’éducation.

Titre original

Intersectional transmission processes between persons affected by enforced fostering and their offsprings: A biographical-reconstructive study of individual coping strategies and societal conditions.

Responsables du projet

Dr. phil. Andrea Abraham, Berner Fachhochschule Soziale Arbeit, Bern

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Dr. phil. Andrea Abraham Berner Fachhochschule Soziale Arbeit Hallerstrasse 10 3012 Bern 031 848 46 17 andrea.abraham@bfh.ch