Navigation

Assistance fatale : mort violente d’enfants placés

 

L’étude est la première à s’intéresser à l’homicide et au suicide d’enfants placés hors de leur famille dans quatre cantons entre 1913 et 2012. Outre la description de ces cas, nous analysons l’influence d’attitudes déterminantes des acteurs concernés sur la surveillance des institutions et des enfants placés ainsi que sur le traitement des cas par les autorités responsable.

Description du projet (projet de recherche en cours)

Dans ce projet, nous analysons des cas de mort violente d’enfants placés hors de leur famille dans quatre cantons de Suisse alémanique et de Suisse romande (1913–2012) ainsi que le rôle joué par les autorités. Nous partons de l’hypothèse que les attitudes négatives à l’égard des enfants placés et, par exemple, les attitudes positives à l’égard des châtiments corporels en tant que mesure éducative augmentent le risque pour les enfants placés de décéder d’une mort violente. C’est pourquoi outre la description des cas le projet s’attache à étudier également les attitudes qui sous-tendent la pratique en matière de surveillance et le traitement des cas. Pour cela, nous tenons compte du point de vue des divers acteurs concernés : nous analysons des documents sources pertinents (p. ex. dossiers des autorités de tutelle) ainsi que des dispositions légales et menons des entretiens avec des témoins du passé.

Contexte

Au 20e siècle, de nombreux enfants placés hors de leur famille ont été gravement maltraités, parfois à mort. Les suicides de personnes placées hors de leur familles au cours de leur enfance ou de leur adolescence n’étaient pas rares. Pendant longtemps, la surveillance des institutions et des enfants placés a été négligée, et on justifiait ou passait sous silence les cas de mort violente parmi ceux-ci. Les responsables restaient par conséquent souvent impunis. À ce jour, ces cas et le rôle joué par les autorités n’ont encore jamais fait l’objet d’une étude systématique.

Objectif

Par notre recherche nous poursuivons deux objectifs : d’une part, décrire et analyser les cas de mort violente d’enfants et d’adolescents placés hors de leur famille dans quatre cantons suisses entre 1913 et 2012. D’autre part, étudier les effets d’attitudes déterminantes des acteurs concernés sur les pratiques en matière de surveillance et de traitement des cas par les institutions afin d’identifier les aspects évitables des pratiques susceptibles d’augmenter le risque pour les enfants placés de décéder d’une mort violente.

Importance

Notre étude est la première à analyser les cas de mort violente d’enfants placés dans l’histoire des mesures de coercition à des fins d’assistance et des placements extrafamiliaux en Suisse et, partant, à attirer l’attention sur le destin des personnes concernées. Les résultats permettront une meilleure compréhension de ces cas et une réflexion systématique sur les attitudes déterminantes et leurs effets sur la pratique. L’étude fournit des bases pour un examen critique de la pratique future et pour la prévention de morts violentes.

Titre original

"Fatal care": Violent deaths of children in out-of-home care in four Swiss cantons between 1913 and 2012

Responsable du projet

  • Dr. Paula Krüger, Soziale Arbeit, Institut Sozialarbeit und Recht, Hochschule Luzern (directrice de projet)
  • Cécile Bannwart, Soziale Arbeit, Hochschule Luzern (collaboratrice scientifique)
  • Lea Bloch, Soziale Arbeit, Hochschule Luzern (collaboratrice scientifique)
  • Beatrice Kolvodouris Janett, Staatsanwaltschaft des Kantons Uri (membre conseil consultatif)
  • Dr. Christine Luchsinger (member of advisory board)
  • Beat Reichlin, Jurist, Hochschule Luzern – Soziale Arbeit und stellvertretender Generalsekretär der Konferenz für Kindes- und Erwachsenenschutz (KOKES) (membre conseil consultatif)
  • Prof. Dr. Beate Schwarz, Fachgruppe Entwicklungs- und Familienpsychologie an der Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften (membre conseil consultatif)
  • Prof. Dr. Peter Voll, Institut für Soziale Arbeit an der Haute Ècole Spécialisées de Suisse occidentale Valais/Wallis (membre conseil consultatif)

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Dr. Paula Krüger Soziale Arbeit, Institut Sozialarbeit und Recht
Hochschule Luzern
Werftestrasse 1 6002 Luzern +41 41 367 48 92 paula.krueger@hslu.ch