Navigation

Placement d’enfants en institution: parcours de vie 60 ans plus tard

 

À la fin des années 1950, les conditions de développement et de vie de quelque 700 nourrissons ont été systématiquement recensées à Zurich. Une partie de ces enfants vivaient dans leur famille d’origine, tandis que les autres étaient placés dans des foyers. Quelle vie les personnes concernées ont-elles eue et comment celles-ci se portent-elles aujourd’hui, 60 ans plus tard?

Description du projet (projet de recherche en cours)

Entre 1958 et 1961, la Dresse Marie Meierhofer a examiné 354 petits enfants qui, pour des raisons diverses, avaient été placés durant la première partie de leur vie dans des foyers pour nourrissons. Puis, de 1971 à 1973, elle a réalisé un étude de suivi, qui n’a jamais été publiée. Parallèlement, 350 enfants, qui vivaient avec leurs parents, ont également fait l’objet d’études régulières dans le cadre de l’"étude longitudinale zurichoise" au Kinderspital Zürich. On a observé un nombre élevé de déficits du développement chez les enfants placés en institution par rapport aux enfants du même âge qui avaient grandi au sein de leur famille dès la naissance.

Aujourd’hui âgées d’une soixantaine d’années, ces personnes (*1953–1959) issues des deux études sont invitées à témoigner sur leur parcours de vie. Leur état de santé physique et psychique ainsi que leurs capacités cognitives, sociales et motrices sont documentées grâce aux informations collectées à l’aide d’une combinaison de méthodes quantitatives et qualitatives. Il s’agit d’identifier et de décrire les facteurs d’influence tels que les conditions familiales et individuelles, le contexte de la prise en charge ainsi que les événements ultérieurs dans le parcours de vie et la situation actuelle des personnes concernées.

Contexte

La petite enfance est une étape cruciale de la vie. Il n’existe à ce jour guère d’études longitudinales sur les conséquences d’expériences spécifiques à un très jeune âge sur le parcours de vie ultérieur. Les entretiens menés il y a cinq ans avec 16 personnes qui ont passé leurs premières années de vie dans des foyers pour nourrissons ont mis au jour des parcours de vie très contrastés.

Objectif

Les résultats de la présente étude servent à décrire les différents contextes dans lesquels les enfants concernés ont grandi et les parcours de vie qui en découlent. L’étude, qui s’inscrit dans la continuité de celle menée par Marie Meierhofer, vise à apporter une contribution importante à la meilleure compréhension de l’histoire de la prise en charge et du placement en institution des nourrissons en Suisse. Elle donne la parole aux personnes qui, en raison de leur jeune âge à l’époque, n’ont pas encore pu faire part de leurs expériences et de leur situation de vie. Les enseignements tirés de l’étude doivent permettre une réflexion approfondie sur les pratiques actuelles en matière de placement extrafamilial d’enfants.

Importance

L’actualisation des études offre une chance unique de documenter dans une perspective à long terme le parcours de vie de personnes ayant eu des conditions de départ dans la vie différentes, de faire la distinction entre facteurs historiques et facteurs individuels et sociaux, ainsi que de recenser et d’analyser les pratiques actuelles de prise en charge et d’éducation. Nous pourrons ainsi formuler à l’intention des politiques et des intervenants sur le terrain des recommandations visant à renforcer le bien-être et la capacité de résilience de l’enfant.

Titre original

Early Breaks: The impact of infant institutionalization in Switzerland – a 60-year long-term follow-up study

Reponsable du projet

  • Dr. phil. Patricia Lannen, Marie Meierhofer Institut für das Kind, Zürich (directrice de projet)
  • Dr. phil. Heidi Simoni, Marie Meierhofer Institut für das Kind
  • Prof. Dr. med. Oskar Jenni, Entwicklungspädiatrie Kinderspital Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Dr. phil. Patricia Lannen Marie Meierhofer Institut für das Kind Pfingstweidstrasse 16 8005 Zürich lannen@mmi.ch