Navigation

Assistance aux personnes handicapées physiques : entre reconnaissance et déconsidération

 

L’étude porte sur les expériences de personnes handicapées physiques ou polyhandicapées qui, entre 1950 et 2010, ont été réadaptées et socialisées dans des institutions d’assistance aux handicapés physiques (en Suisse alémanique et en Suisse romande). Les expériences sont classées dans le champ de tension entre reconnaissance et déconsidération.

Description du projet (projet de recherche en cours)

Jusque dans les années 2000, les personnes atteintes de déficiences physiques ou multiples étaient généralement réadaptées et socialisées au sein de structures d’assistance pour personnes handicapées physiques. Elles mentionnent des zones de tension entre assistance et contrainte ainsi que des expériences traumatisantes. Depuis 1970 environ, la pratique de l’assistance aux personnes en situation de handicap s’oriente clairement vers l’encouragement à l’autodétermination et à la reconnaissance. Le projet analyse cette évolution à l’aide de trois cohortes de personnes concernées (années de naissance 1950, 1970 et 1990). Les données récoltées sont discutées avec des spécialistes de structures d’assistance aux personnes en situation de handicap afin de définir des options d’action permettant de renforcer l’autodétermination dans le contexte institutionnel. Il s’agit d’un projet de recherche participatif.

Contexte

Rares sont les études qui se sont penchées sur l’histoire de l’assistance aux personnes atteintes de déficiences physiques ou multiples durant la seconde moitié du 20e siècle en Suisse. Dans les années 1970, des voix se font entendre, en particulier parmi les personnes qui ont été socialisées et réadaptées dans des institutions spécialisées d’assistance aux personnes handicapées physiques, pour critiquer vivement cette période sous l’angle de la contrainte et de la déconsidération. L’autodétermination et la reconnaissance sont de plus en plus valorisées dans les structures destinées aux personnes en situation de handicap également. Ce changement de valeurs entre 1950 et 2010 ressort-il aussi des expériences subjectives des personnes concernées ?

Objectif

Le projet s’intéresse aux expériences en matière de reconnaissance et de déconsidération faites par des personnes présentant des déficiences physiques ou multiples au sein de structures d’assistance spécialisées. Nous cherchons à identifier les facteurs centraux de la reconnaissance et de la déconsidération ainsi que leurs effets sur la biographie des personnes concernées. Les expériences personnelles sont replacées dans le contexte historique de l’assistance aux personnes handicapées physiques afin d’en tirer, conjointement avec des spécialistes, des conclusions pour l’assistance future aux personnes ayant des déficiences physiques ou multiples.

Importance

L’histoire des personnes concernées est retracée et portée au grand jour. Conformément à la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées, le projet de recherche est participatif. Cette méthode est développée, et des options d’action destinées à encourager l’autodétermination et la reconnaissance dans le contexte institutionnel de l’assistance aux personnes handicapées physiques sont mises en évidence. Des lignes directrices sont mises à la disposition des autorités et des commissions sociales pour l’aménagement et l’évaluation de mesures d’assistance institutionnelle aux personnes atteintes de déficiences physiques ou multiples.

Titre original

Between "Anerkennung und Missachtung" (between recognition and disregard). Reconstruction of coercion, outside control and participation in the context of welfare/care for people with physical disabilities in the period between 1950 and 2010 – a participatory study with People with Physical and Multiple Disabilities

Responsable du projet

  • Prof. Dr. Carlo Wolfisberg, Institut für Behinderung und Partizipation (IBP), Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik, Zürich (directeur de projet)
  • Prof. Dr. Susanne Schriber, Institut für Lernen unter erschwerten Bedingungen (ILEB), Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik, Zürich (directrice de projet)
  • Dr. Mariama Kaba, Institut für Behinderung und Partizipation (IBP), Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik, Zürich (collaboratrice scientifique)
  • Viviane Blatter, Institut für Behinderung und Partizipation (IBP), Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik, Zürich (collaboratrice scientifique)

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr. Carlo Wolfisberg Institut für Behinderung und Partizipation (IBP)
Interkantonale Hochschule für Heilpädagogik
Schaffhauserstrasse 239 8057 Zürich +41 44 317 11 23
+41 79 445 44 73
carlo.wolfisberg@hfh.ch